Le projet du « pacte énergétique » le rappelle : la sortie du nucléaire en Belgique est programmée pour 2025. Malgré l’opposition de son partenaire N-VA, le Premier ministre affirme clairement tenir à cette date. Mais il reconnaît que « ça va être extrêmement difficile » .

Charles Michel explique qu’il faudra évaluer précisément la situation avant de valider définitivement cette date de sortie : « Le fédéral a fait son job avec la progression de l’éolien offshore, le développement des interconnexions et un travail encore à accentuer sur l’efficacité énergétique dans les bâtiments fédéraux. » Pour le Premier, c’est au tour des Régions de venir avec des projets et objectifs chiffrés.

Le message de Charles Michel est clair : « Mon intuition est que si tout le monde est mobilisé totalement, on peut encore tenir 2025, peut-être. Mais seulement si tout le monde est mobilisé. La date de sortie, elle ne dépend pas uniquement du fédéral, elle va dépendre de la crédibilité des Régions. Quand je demande un chiffrage du pacte, c’est une façon pour moi de dire aux Régions : Faites votre job. »

Extrait Le soir du 13 décembre 2017